Que ‘croyez-vous’ ?

Fallait-il adresser tant de reproches à cet évêque qui a eu la maladresse d’avouer qu’il ne croyait pas qu’un seul Juif fût jamais assassiné dans les chambres à gaz ? Fallait-il dénoncer ses propos comme une ‘abjection’, l’écraser sous une vindicte mondiale qui l’oglige finalement à fuir son pays d’accueil ? On a fait un délit du déni de génocide, celui des Juifs, celui des Arméniens, mais celui des Indiens d‘Amérique est presque oublié, et d‘autres sont ignorés. Crimes innommables et bien avérés pourtant : mais voilà que beaucoup ne veulent pas ‘y croire’. Cela constitue-t-il un délit, une ‘abjection’ égale au crime lui-même ? Une opinion, car c’en est une, à ce point condamnable ?

Et maintenant je vous pose la question, avec toujours ce même mot : ‘croyez-vous’ ce qu’il est commandé de croire en chaque religion révélée ? Savez-vous bien ce que vous ‘croyez’ et pourquoi ? Et pour en revenir à cet évêque infréquentable : ‘croyez-vous’ comme lui – je prends un exemple – aux contenus dogmatiques du Credo de Nicée, qui ne sont plus la Révélation elle-même (et encore, qu’entend-on par là) ? Ne ‘croyez-vous’ pas qu’il puisse exister un lien étroit entre les convictions chrétiennes de ce personnage et ses opinions sur l’histoire contemporaine ? Et ‘croyez-vous’ qu’il soit le seul porteur de ces convictions ? En tout cas, dernier épisode, the last but not the least, à ce jour il ne s’est pas rétracté !

Croyez-vous qu’il soit possible d’échelonner la bêtise humaine ( ou l’ignorance si vous préférez) en croyances plus ou moins criminelles, monstrueuses ? Et quelle connaissance est possible, si assurée qu’elle puisse m’assurer, de quoi donc ? D’exister, en vérité. Quelle connaissance, hors la connaissance scientifique qui porte sur les réalités physiques du monde, exclusivement ? Si je suis sûr d’exister – admettons, admettons-le comme une certitude – qui suis-je ? Qui a sérieusement opéré la vérification cartésienne ? Qui s’est engagé profondément, sérieusement, en philosophie ? Qui manifeste une curiosité passionnée, obstinée à se connaître, à mesurer ses jugements, à diriger sa vie – scrupuleusement – dans le respect de soi et son prochain ? Faute de cet engagement, votre malheur n’a pas d’âge et il restera à jamais votre seul compagnon. La liberté d’indifférence n’existe pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s