Sophie Guinzbourg à Pont-à-Mousson (54)

Vernissage en fin d’après-midi, hier, de la nouvelle exposition de Sophie Guinzbourg, peintre aujourd’hui connue, reconnue, admirée, et très au-delà, je crois, des frontières de la Grande-Région… Dernièrement, c’est à Villers qu’elle exposait sa récente série de gravures sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles, d’après Lewis Carroll, qu’elle a illustrée mieux que personne… J’en ai rendu compte dans mon blog précédent. Mais à Pont-à Mousson, dans les immenses salons de l’Abbaye des Prémontrés, le long de la galerie, dans l’Abbatiale elle-même, c’est une grande rétrospective de ses travaux  que l’on peut admirer, puisqu’il nous est offert de revoir les Saisons de 96/97, je crois, superbement magnifiées dans un tel cadre. Admirer est peu dire. On est immédiatement emporté, submergé par d’émotion – j’y suis arrivé aussi à une heure où le jour ne s’était pas encore éteint, sa lumière jouant heureusement avec les éclairages électriques eux-mêmes savamment dosés – instantanément enthousiasmé. Parce que la solennité, la majesté même (un peu glacée pourtant) de ce cadre grandiose se trouvent véritablement investies et possédées de cette poésie qu’on croyait déjà connaître, une immensité poétique rivalisant avec celle de l’espace accordé, qui se déploie ici avec une autorité maîtrisée, au point de répandre une magique évidence.

Alors nous revoyons Alice ; les scènes du cirque, toutes exposées ensemble sur une large paroi murale révélant toute l’authenticité de leur expression, cette sympathie si rare alliant le peintre à son sujet, au point d’en  exhausser le propos à un degré d’éloquence onirique presque surnaturelle ; la légende d’Orphée et Eurydice contée en dix ou onze tableaux, sans compter des peintures sur papier dont la couleur pâle atténue le dramatisme pour ne conter qu’une histoire d’amour qu’on découvre encore plus extraordinaire à cet instant ; des scènes de vie quotidienne en gravure ou en grandes peintures, ces scènes d’hôtel qui nous avaient déjà étonnés. Une force, une douceur, une joie que je n’avais pas autant ressenties auparavant ; et une vérité d’humanité. Mais comment vérité ?

J’en viens aux Allégories exposées dans l’Abbatiale, de grands tableaux où Sophie Guinzbourg déploie librement toute l’autorité de son style si visiblement parvenu à maturité, pour exposer une vérité. Dire à propos d’allégories de la peur, de la joie, de la confiance, du mépris, de la colère, de l’amour… qu’elles seraient des vérités de moralité est erroné et tout à fait insuffisant. C’est une vérité d’humanité qui se voit et qui s’éprouve ici, bien au-delà de ce que le passé de ces thèmes si riches nous a déjà donné en peinture, entièrement réalisée dans l’oeuvre d’un peintre qui a appris à dire et trouve sa force, son authenticité, sa science, pour le dire. Dans les tableaux cités plus haut, c’est un rythme de couleurs, l’accord même du dessin et de la couleur qui révèlent l’authenticité de cette peinture qui nous parle. Elle parle ici et je dirais presque : elle enseigne. Ce sont de grands visages dessinés à grands traits, des figures d’autant plus exposées qu’elles le sont plus simplement, et dans ce grand format.  Chaque expression choisie, ici des yeux, là, de la bouche, encore, de ce pli du front, ou d’un sourire ou de tel rictus plutôt : tout nous fait signe pour un récit – et qui n’est précisément pas moral – de ces ‘passions de l’âme’ qui constituent notre humanité même, notre vie spirituelle non plus imaginée en quelque paradis ou purgatoire comme le faisaient les anciens, mais dans cet aujourd’hui même qui nous paraît si réel, là, maintenant, et au travers de cette perception enrichie d’un art accompli. Je ne poursuivrai pas une description toujours appauvrissante. Je dirai plutôt ma reconnaissance à une artiste manifestement parvenue à son acmé, dont la générosité nous comble ici tout autant sur un plan esthétique que celui de la connaissance de nous-mêmes.

invit-sg-mail.1254425610.jpg

Abbaye des Prémontrés (Pont-à-Mousson) du 02.10 au 15.11.09

exceptionnellement l’exposition sera fermée les 23,24, 25 octobre

renseignements au 03 83 81 10 32