Stephen Jourdain : réponse à des questions, ultima

Mon hommage à Stephen Jourdain, le 19 février 2009, avait été très court, percutant. C’était le rappel de ce qu’il a dit de plus important et, je crois, ce que nul autre n’a jamais dit avant lui. De nouvelles remarques et questions m’ayant été adressées par des lecteurs attentifs, j’ajouterai quelques réponses, quelques citations supplémentaires pour compléter mon travail. Je ne le poursuivrai pas parce que j’ai écrit plus de 220 articles, ce qui est vraiment beaucoup, tentant d’ouvrir une voie la plus large possible pour y inviter le plus grand nombre possible de curiosités. Sans grand succès, je le confesse. Plus grave, ce fait qui désolait Stephen Jourdain lui-même, si la plupart n’y ‘croient’ tout simplement pas – ce qui est de conséquence simple en effet – il arrive aussi que les lecteurs ou auditeurs parvenus à une découverte, aperception neuve et pour ainsi dire ‘réalisation’, oublient !!! C’est comme surgir, émerger d’un océan liquide où l’on est resté noyé en permanence, respirer un bon coup l’air tout neuf de la surface, puis replonger et rejoindre cet état d’immersion où se poursuit la noyade d’une vie personnelle authentique. Je rappellerai donc ici mes articles les plus importants, les plus centrés sur le sujet de la connaissance, soi-connaissance ou soi-ignorance – la référence principale en étant Stephen Jourdain – rappel également des voies d’un enseignement, et de l’insistance personnelle, de la persévérance que l’on doit porter à enrichir et sauvegarder cette compréhension.

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/02/19/la-creation-hommage-a-stephen-jourdain/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/02/21/ce-que-stephen-jourdain-a-vraiment-dit/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/02/24/commentaire/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/02/25/ceci-dit-art-et-poesie/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/03/17/stephen-jourdain-reponse-a-des-questions/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/03/19/stephen-jourdain-reponse-a-des-questions-2/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/04/11/mystique-de-paques-soyez-passant/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/04/18/stephen-jourdain-et-la-question-du-seul/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/07/27/imagination-et-creation-chez-stephen-jourdain-et-ibn-arabi-retour/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/08/21/mes-deux-clefs/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/09/04/contre-la-sideration/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/10/24/leveil-de-quoi-parle-t-on/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/10/29/jy-viens-contre-lobjectivisme/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/10/30/la-creation-ma-responsabilite/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2009/12/21/mystique-de-noel/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/01/08/a-tale-told-by-an-idiot/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/01/11/le-paradoxe-du-monotheisme/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/01/14/au-dela-du-paradoxe/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/02/19/avec-stephen-jourdain-1/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/02/20/avec-stephen-jourdain-2/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/02/21/avec-stephen-jourdain-3/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/03/26/ultima-les-mots-de-la-fin/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/05/31/siecles-et-gnose/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/06/18/deus-sive-persona-1/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/06/19/deus-sive-persona-2/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/06/20/deus-sive-persona-3-ce-que-jai-voulu-dire/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/08/15/mystique-de-la-presence-reelle/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/09/09/sur-le-moi-la-question-versus-occidental/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/09/10/sur-le-moi-la-question-versus-oriental/

http://marianus.blog.lemonde.fr/wp-admin/post.php?action=edit&post=521

http://marianus.blog.lemonde.fr/2010/10/26/la-conjonction-une-explication-supplementaire/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/02/15/le-dit-de-limpensable-1/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/02/16/le-dit-de-limpensable-2/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/02/17/le-dit-de-limpensable-3/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/02/19/le-dit-de-limpensable-5/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/02/21/le-dit-de-limpensable-post-scriptum/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/03/02/le-manifeste-complements-et-repetitions-1/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/03/03/le-manifeste-complements-et-repetitions-2/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/03/04/le-manifeste-complements-et-repetitions-3/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/03/05/le-manifeste-complements-et-repetitions-4/

http://marianus.blog.lemonde.fr/2011/05/03/hommage-a-krishnamurti/

Je complèterai aussi, aujourd’hui, par ces dernières citations : un complément indispensable à mes derniers rappels sur la pensée ‘veillée’ (et comme je l’ai mentionné, un thème éminemment krishnamurtien) … 

« – Ainsi donc, depuis X décennies, j’observe une fausse vie intérieure… En tant qu’observation, l’acte que j’accomplis est donc, lui aussi, une illusion… – Mais acte il y a non ? Et acte bien réel ?! Quel est cet acte ? – Immédiatement derrière le fond de teint et les faux cils de l’acte d’auto-observation, et prêtant à ce grimage tout ce qui le fait sonner comme un faire, est l’acte pur de la conscience de moi : moi. Lors de l’éveil, quand se dissipe le rêve du moi-observateur (ou moi-spectateur), et du moi observé (ou moi-spectacle), il y a perception brève, mais précise et limpide, d’une résolution du moi-observateur et de l’acte d’auto-observation en l’ineffable et primordial ébranlement de la conscience de moi. »

Enfin ce rappel supplémentaire, une citation déjà proposée, partiellement, sur l’imagination qui n’est plus simple néant de pensée, mais fable, onirie pure, ‘supposition’ ici, ‘fiction’, la définition cette fois claire de ce qu’il faut entendre par « imagination dans une imagination » (chez Ibn’Arabi) :

« … Qu’est-ce qu’imaginer ? Dans ‘imaginer’ il y a le mot ‘image’, il y a aussi l’idée d’invention, au sens le plus noble, le plus créatif du terme… L’oeuvre imaginaire possède cette double nature, imagée et inventive. Qui en est l’auteur ? La personne-source, le vrai moi – MAINTENANT. L’oeuvre imaginaire authentique que nous essayons de définir est l’oeuvre imaginaire originelle. Est-elle une même chose que la pensée naissante avant sa perversion, en cette courte période où elle fut Parole ? – Oui. Est-elle réelle ? Non, bien sûr. Elle est irréelle. – Mais attention ! Pas irréelle par rapport à ce faux réel en lequel se constitue, à l’instant de la ‘Chute’, en un éclair, la pensée naissante ; pas irréelle comme le sont le sujet mental et ses productions, comme l’est cette intériorité misérable, dénuée d’épaisseur d’être que, sur l’autre bord de la faille de néant pur qui me sépare de tout, une objectivité hallucinatoire thésaurise ! Pas irréelle en tant que participant d’une subjectivité frauduleuse, versant interne d’une objectivité frauduleuse – qui ne peut se passer d’un tel complément, d’une telle complicité ! Pas irréelle parce que ‘en manque’ de réalité, parce que subjective, au sens usuel et négatif du terme…

Irréelle comment, alors ? Irréelle en tant que le contraire de quoi ? Et bien justement, irréelle en tant que le contraire de rien. Irréelle toute seule, sans appui ; irréelle par ‘la grâce de Dieu’… Originellement, il y eut la pulsion d’imagination et la pulsion créatrice ; l’oeuvre imaginaire et l’oeuvre de réalité ; le royaume du Rêve et le royaume de la Réalité. En ce présent antique – d’une brûlante actualité ! – ces deux dimensions n’étaient pas antinomiques, elles étaient alliées, libres et souveraines. L’oeuvre imaginaire dont nous parlons est irréelle, et non mentale, non subjective.

Est-il possible de ‘serrer’ plus avant le phénomène d’une telle production imaginaire ? Par exemple, existe-t-il un mot permettant de définir la manière dont elle est irréelle ? – Oui : ‘fiction’. Le mot convient à merveille. L’oeuvre imaginaire originelle est oeuvre de fiction. Fiction pure, fiction libre, fiction légitime ; fiction plus fraîche que l’aube, déployée comme l’univers…

J’étais en quête d’un mot capable de rendre justice à la légèreté incommensurable de l’acte personnel licite, QUI NE COMPTE PAS, de son fruit… d’un mot capable de désigner sans équivoque cette génération et cet enfant, tout en évoquant cette radieuse et pure INEXISTENCE… Le voici, ce mot, ce verbe : SUPPOSER… MOI, SUPPOSANT, POUR M’AMUSER !!!  » 

Ma toute dernière obligation, la nécessité ultime, à mon avis, revient à un ultime rappel de ce qu’est la personne :  » – Je suis = accession à la p-e-r-s-o-n-n-e. Pourquoi ne puis-je me décider à vous suivre sur ce point crucial ? – Parce que, en vous, ce qui domine est la personne falsifiée… vous vivez cette personne comme une individualité fermée et séparée. Je me trompe ? – Non. – La vraie personne n’est ni fermée, ni séparée. Elle est ouverte, et non séparée : reliée… (Au royaume de l’Intégrité…) plus je serai moi, moins je serai séparé de l’Autre… Quand le bleu devient vraiment bleu, il porte, en sa bleuité même, le jaune, le rose, le vert – tout l’arc-en-ciel. Et l’arc-en-ciel est le fondement de sa bleuité. Et sa bleuité est le fondement de l’arc-en-ciel… C’est ainsi que ‘ça marche’… Le un est une personne. Le un, c’est vous, c’est moi… Chaque personne, considérée en son intégrité, doit être conçue comme l’unité de toutes les personnes… »

Lire, comprendre, réaliser enfin ce qui est enseigné dans ce seul livre, par exemple ici Première personne, c’est effacer toute incrédulité et toute frustration, ruiner définitivement l’empire de la ‘Puissance logique’ (Stephen Jourdain), du ‘connu’ (Krishnamurti) ; c’est vivre enfin. Cette voie est ouverte : il suffit d’aller, courageusement, d’avancer sans cesse d’un niveau de compréhension à l’autre, jusqu’à ce que tous les mots dits, tous les mots de la dicibilité possible du Secret, délivrent ce silence et cette intégrité où le Souverain oeuvre à sa propre création, un mouvement et un repos.

PS : Je dois aussi rappeler une nouvelle fois que Première personne a été éditée par les Deux Océans en 1990, avec une préface de Raymond Oillet.