Les routes de l’été 2014 : … au Sud

Parmi les trésors d’art qu’on peut admirer dans le Sud de la France, c’est bien ceux que nous a légués l’époque romane qui frappent le plus notre imagination. L’art roman est une appellation bien générale, on en a bien déchiffré et recensé tous les caractères communs mais chaque région a cultivé le sien en propre, et même avec des traits reconnaissables. J’ai cité dans ce blog des ouvrages exceptionnels que j’ai eu la chance de découvrir et de visiter plusieurs fois avec une fascination renouvelée. Dans cette catégorie je range les vierges romanes, les vierges noires en particulier – et noires, on ne sait pourquoi, et surtout si l’on doit ou non associer cette couleur à la féminité dont la Vierge est le plus haut symbole. L’an passé, j’avais rencontré la Vierge de Corneilla de Conflent et je rappellerai ici l’adresse où l’on peut s’informer le plus complètement à ce propos – on y trouve de magnifiques photos, y compris celle de Dorres ! : http://lieuxsacres.canalblog.com/albums/vierges_noires/index.html

Cette année, c’est une surprise (au fond, prévisible) qui m’attendait à Dorres où je me suis rendu pour voir la Vierge noire qu’abrite son église paroissiale. La belle statuette en bois si merveilleusement épargnée par le temps, était toute habillée de blanc, comme une communiante, son Enfant également dissimulé sous la même parure. Une couronne d’argent sur la tête ; un chapelet à la main droite, la grande main bénissante des Vierges catalanes, tendue pour une offrande de Vie ! C’est pourquoi je propose ces deux photos : la première, que je suis allé chercher sur Internet ; la seconde, la mienne, avec ce déguisement voulu sans doute par les bigotes du village. C’est ainsi et je n’en dirai pas plus, ou plutôt en rappelant que la fonction de l’art est encore bien mal connue, sa dimension sacrée, au point de croire qu’il faut y ajouter l’allusion assez vulgaire dans ce cas d’un rituel folklorique, ces oripeaux… Je vous laisse juge.

PS : Je me demande si la Vierge exposée dans l’église paroissiale est bien l’originale : je note des dissimilitudes importantes et puis, vous le savez bien, les musées recueillent ces chefs-d’œuvre incomparables pour les soustraire à la rapacité des pillards !

008Dorres_HD

DSCF7593

La Vierge de l’église de Prades est du 15ème siècle mais on y reconnaît encore l’empreinte de l’esprit roman resté plus longtemps enraciné en pays Catalan, sa prodigieuse piété visible dans l’ouvrage même : figures, gestes, et cette main immense qui se tend pour nous offrir généreusement ce que chacun espère, et quoi qu’il attende tant la grâce est généreuse.

DSCF7669

Dans mon précédent article j’ai moqué ce concept de ‘verticalité’ qui me paraît une métaphore bien trop facile pour dire ce qui revient à l’esprit pur. Et d’ailleurs quand j’ai choisi le mot ‘instant’, à déchiffrer littéralement, c’est bien pour signaler cette rencontre, cette croisée même d’une dimension verticale et d’une dimension horizontale – le symbolisme même de la croix, comme il est évoqué dans l’Évangile de Thomas par exemple -, soit la création même ; et cet instant, ma demeure, où rien n’est séparé, aucune hiérarchie affirmée. Ce n’est peut-être pas si difficile à dire, néanmoins l’accès à cette réalisation semble exceptionnel tant nos illusions inspirées de la spatialité des objets nous gâtent le regard et le sentiment.

DSCF7638

Je préfère ces arbres ! Les arbres, les oiseaux qui y nichent ! Et déjà la couleur bleue à l’horizon : verticalité et profondeur, une symbolisation de nature. En montagne, à Font-Romeu, le plus efficace remède à une âme en peine.

DSCF7684

Et les fruits : cet été j’ai parfaitement compris pourquoi Bonnard aimait tant la couleur jaune dont il remplit ses tableaux ! Couleur de santé et, je ne le soupçonnais pas, d’amour !

DSCF7699

Le bleu : faut-il expliquer cela, le peut-on ? On dit que la mer est de la couleur du ciel, porte de l’infini au bout et ici mer nourricière. Et ce rocher érigé comme notre effort rendu vain par le temps. « Tout parle… »

DSCF7708 (2)

Une langue plus claire encore… J’ai retrouvé à Collioure Danielle Canellas, j’ose à peine dire : le seul vrai peintre peut-être qu’on peut y rencontrer. Regardez cette aquarelle, c’est comme une affiche MAIS d’abord, voyez-vous, ce n’est pas une simple aquarelle. Des traits de peinture, soit blanche, soit noire, un épais trait d’encre sans doute, en rehaussent le ton ; la barque colliourencque, comme les esquifs de l’antiquité grecque, possède une élégance intemporelle, elle a quitté la mer, elle n’a pas quitté la vie ; et la vie à Collioure, c’est la domination de son clocher, éclatante et paisible (son arrondi si particulier !) ; et la mer, recommencée ici parce qu’interrompue par la grève, les maisons des hommes, et en peinture par les grandes plages blanches qui racontent l’infini par la discontinuité même illustrée ici. L’art n’imite pas la nature, pas même en la figurant, il en révèle le caractère magnifique et miraculeux : ce qu’il nous est donné de voir. J’aimerais citer ici mon amie de Thann qui l’a dit mieux que moi dans un commentaire précédent : « Dans ces images ciel-mer, une antériorité primordiale au Un et au Deux brille par son absence. Elle illumine en ce sens qu’elle nous fait ressentir l’articulation du lointain et du proche comme des absolus qui s’identifient, proches seulement dans l’ouverture de notre regard. Notre seigneurialité – qui s’exerce dans une fourchette limitée – consiste juste à en assumer l’intelligibilité en prenant garde à l’ouverture ou la fermeture à la présence du Principe initial. »

http://www.daniele-canellas.fr/accueil.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s