En passant, ajouter un mot (1)

Mûrir. Lorsque le fruit mûrit, lorsqu’il atteint cette plénitude de beauté et de saveur, s’agit-il de l’opération d’un agent externe (soleil, lumière et chaleur) ou d’un agent interne (processus génétiques, cellulaires, du murissement) ? Chacun sait bien qu’il s’agit des deux à la fois, en complémentarité, en synergie, et qu’il est impossible de les séparer, de les ‘penser’ séparément en dépit même de leurs spécificités propres. C’est ce qui nous arrive à tous et en toutes circonstances. Qu’il s’agisse de processus matériels, biologiques, psychologiques, ou a fortiori sociologiques. Nous mûrissons jusqu’à cette perfection de co-naissance où le Seul s’égale au Tout, et moi à moi-même, passant de tant de moments d’existence… Sous l’apparence d’un ‘idiot’, le ‘secret’ muet du Pierrot de Watteau.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s